La sciatique : comment la prévenir avec l’ostéopathie ?

sciatique1

La sciatique est cette douleur bien connue de beaucoup qui commence dans la fesse et ensuite descend dans la cuisse, puis la jambe et parfois, jusqu’au pied. Alors, il faut comprendre cette douleur, comment la prévenir et savoir que l’ostéopathie, une alternative douce et naturelle, est une solution judicieuse qui conviendra à ceux qui refusent les méthodes classiques habituelles. Comment prévenir la sciatique ? On fait le point dans l’article.

Comprendre la sciatique pour ensuite mieux la prévenir

comprendre-la-sciatique

 La sciatique est le nom donné à la névralgie du nerf sciatique. Il s’agit de douleurs sur le trajet du nerf sciatique associées en général à des douleurs lombaires. On parle ainsi de lombosciatique.

Le nerf sciatique est un nerf qui assure à la fois la sensibilité d’une partie du membre inférieur et une partie de ses mouvements : il est sensitif et moteur. C’est le plus gros et le plus long nerf de l’organisme.

Il a plusieurs racines naissant de la moelle épinière. Ses racines descendent dans le canal lombaire délimité par les vertèbres, pour former, avec les racines d’autres nerfs, « la queue de cheval » qui baigne dans le liquide céphalo-rachidien.

 

Les symptômes de la sciatique

sciatique-symptomes

Les symptômes de la sciatique commune sont :

Une douleur du bas du dos associée à des douleurs dans le membre inférieur. Ces douleurs dans la jambe sont variables en fonction de la racine nerveuse atteinte.

Si la racine L5 est touchée, la douleur de la sciatique est localisée derrière la cuisse, sur le côté externe du genou, sur le côté externe de la jambe, le dessus du pied et le gros orteil.

Si la racine S1 est touchée, la douleur de la sciatique est située derrière la cuisse, derrière le genou, au niveau du mollet, du talon, de la plante et du bord externe du pied jusqu’aux trois derniers orteils.

Une douleur souvent déclenchée par un effort .Une douleur amplifiée en position assise, lors d’épisodes de toux, d’éternuements ou lors des efforts.

Un engourdissement et une faiblesse musculaire pouvant survenir au niveau de la jambe et du pied. Des troubles de la sensibilité avec présence de fourmillements au niveau de la jambe ou du pied.

En revanche, un soulagement est ressenti le plus souvent en position allongée.

Malgré la douleur, l’aspect de la jambe est normal sans gonflement, ni changement de couleur.

Par ailleurs, la sciatique ne doit pas être confondue avec le mal de dos (lombalgie) ou cruralgie.

Enfin, certains cas, dits « spécifiques », ne peuvent pas être traités par votre ostéopathe car ils n’entrent pas dans son champ de compétences.

Dans ce cas, ce dernier vous orientera vers un spécialiste médical qui pourra traiter votre sciatique. L’ostéopathie peut en revanche traiter près de 80% des cas de sciatiques.

 

Comment prévenir chez soi la sciatique ?

sciatique-comment-prévenir

  • Faire régulièrement de l’exercice physique permet d’entretenir la souplesse et la force musculaire du dos et de l’abdomen. Les exercices doux, symétriques et faisant appel à des étirements sont à privilégier. Notez que la marche ou la natation sont excellentes pour renforcer la musculature du bas du dos.
  • Toujours faire quelques exercices d’échauffement avant de pratiquer une activité physique.
  • Rester vigilant sur la posture le plus souvent possible : dos bien droit, regard droit, épaules vers l’arrière.
  • Si l’on doit rester assis durant de longues heures, s’accorder des périodes de repos pour se dégourdir et s’étirer, et changer de position.
  • Pour soulever un objet lourd, ne pas incliner le torse vers l’avant et éviter les mouvements de torsion. S’accroupir en fléchissant les genoux tout en maintenant le dos bien droit, et se relever en tenant l’objet près du corps.
  • Privilégier les sacs à dos aux sacs à main
  • Choisir un matelas confortable et un oreiller adéquat ^pour une bonne position de sommeil

 

L’ostéopathie en prévention de la sciatique

sciatique-prévention-osteopathie

En plus de la capacité de traitement de la sciatique par l’ostéopathie, c’est également une thérapie préventive.

La sciatique peut être causée par des dysfonctions somatiques du corps, que ce soit au niveau lombaire, sacré, cervical, viscéral. De plus, on rappelle que dans sa vision holistique de l’ostéopathie, toutes les structures du corps sont liées les unes aux autres et peuvent influer les unes sur les autres.

Bien que nous ayons tous des dysfonctions, celles-ci ne sont pas forcément symptomatiques. Le corps est un tout, et il est fait pour s’adapter. Lorsqu’une structure est lésée ou manque de mobilité, le reste du corps fait en sorte de compenser jusqu’à ce qu’il ne puisse plus compenser, c’est alors que les douleurs se présentent.

C’est pourquoi, une ou quelques séances d’ostéopathie en prévention permettent d’éviter l’apparition brutale de douleurs.

Consulter nos ostéopathes à domicile  en prévention pourra vous épargner des dysfonctions qui ne sont pas encore symptomatiques. Et ceci, avant qu’elles ne le deviennent.

Ainsi,  SOS ostéopathe est en capacité d’intervenir en urgence en cabinet ou à domicile à Paris et Nantes dans les cas de sciatique aiguë.

A cet effet, il utilisera des techniques adaptées à un éventuel état inflammatoire, en complémentarité avec une éventuelle prise d’anti-inflammatoires. Il pourra par exemple utiliser des techniques d’ostéopathie tissulaire permettant de relâcher les zones en tension au niveau coco régional.

 

SOS ostéopathe en urgence à  Paris et à Nantes à votre service !

Ostéodispo Ostéopathe

Si vous souffrez de sciatique, SOS ostéopathe en urgence se tient à votre disposition et peut intervenir 24h/24 et 7j/7. Réservez votre consultation ici.

 

Syndrome rotulien : comment l’ostéopathie le traite ?

syndrome-rotulien

syndrome-rotulien-douleurs-au-genouVous avez une gêne régulière ou passagère mais répétitive au genou? Et vous avez des difficultés à monter les escaliers ? Vous ressentez une douleur quand votre genou est trop sollicité. Il se peut bien que ce soit un syndrome rotulien. En effet, cette articulation est fortement sollicitée et est donc sujette à des douleurs à partir d’un certain seuil.

Le syndrome rotulien est bien connu des sportifs et les personnes qui effectuent une activité professionnelle contraignante accroupie ou à genou.

Mais, aussi pour tout un chacun, il fait l’objet de nombreuses consultations. Décryptage d’un syndrome méconnu et pourtant très répandu.

Rappel anatomique du genou

genou-anatomie

Pour mieux comprendre le syndrome rotulien, faisons un bref rappel anatomique du genou.

Le genou est une articulation complexe du membre inférieur supportant le poids du corps. L’articulation fémoro-patellaire est l’articulation entre l’extrémité inférieure du fémur et la face postérieure de la rotule (ou patella). C’est cette articulation qui est touchée par le syndrome rotulien.

Par ailleurs, il faut noter que la rotule est le plus gros os sésamoïde du corps et se retrouve donc au milieu d’un système musculaire antagoniste. D’une part, avec le muscle quadriceps en avant et d’autre part, le muscle ischio-jambier en arrière du fémur. Les ailerons rotuliens sortent des faces externes de la rotule pour stabiliser celle-ci pendant les mouvements du genou.

 

Syndrome rotulien : d’où ça vient?

syndrome-rotumien-doù-ça-vient

Le syndrome rotulien affecte le genou, plus précisément l’articulation située entre la rotule et le fémur. Lors de la flexion du genou, la rotule glisse dans un canal compris entre les deux condyles fémoraux qui s’adapte à la forme de la rotule. Ceci afin d’effectuer des mouvements fluides et indolores avec le minimum de frottements.

Quand l’équilibre du système musculaire extenseur (quadriceps) et fléchisseur (ischio-jambier) est rompu, cela peut entraîner une inflammation et des douleurs. En effet, la rotule se retrouve plaquée contre la trochlée entre les deux systèmes et augmente la pression sur le cartilage rotulien.

Cette affection est parfois dénommée : syndrome fémoro-patellaire ou fémoro-rotulien.

Parmi les causes qui provoquent un syndrome rotulien, on peut citer notamment ceux qui pratiquent un sport de manière intensive. Par ailleurs, certains sports sollicitent plus que d’autres le genou. On peut citer le ski, le foot, le golf, le vélo et la grande randonnée notamment en montagne.

De plus, une position assise prolongée appelée parfois le « signe du cinéma » ou « du canapé » peut provoquer un syndrome rotulien quand vous vous redressez.

De même, la position accroupie, ou en « W », peut avoir le même effet.

Ainsi, ces différentes postures sont à l’origine d’un dysfonctionnement articulaire ou d’un déséquilibre musculaire. En effet, ces postures à pression sont à l’origine du syndrome rotulien.

Syndrome rotulien : quels sont les symptômes ?

syndrome-rotulien-symptomes

Les symptômes du syndrome rotulien sont les suivants.

Les douleurs se manifestent au repos ou à l’effort selon les cas et la sévérité de la lésion.

La douleur du syndrome rotulien peut être plus ou moins intense. Au début, quand le syndrome rotulien survient, la douleur peut être virulente et ne pas s’atténuer au cours de la journée.

Autres symptômes : ce sont des craquements fréquents du genou.

On a alors la nette impression que la rotule se déplace, voire sort de son emplacement avant de se remboîter. Dans ce cas, on a une sensation de douleur et/ou de crampes.

 

Syndrome rotulien : comment l’éviter?  

syndrome-rotulien-comment-léviter

Pour prévenir l’apparition du syndrome rotulien, il est recommandé d’éviter les mouvements intenses de flexion du genou comme :

La position assise jambes pliées de longue durée  (voiture, cinéma, bureau, école…) ;

L’accroupissement ou la position à genoux (bricolage, jardinage…) ;

Le port de charges lourdes;
-La montée et surtout la descente des escaliers ;

Les activités sportives nécessitant de nombreuses flexions du genou ou se déroulant sur un sol dur peuvent aussi être responsables du syndrome rotulien.

-La marche avec dénivelés ;
-La course à pied sur terrain dur ;

-Le basket / hand / volley ;
-L’aviron ;

-Le vélo ;
-La brasse ;
Enfin, il faut indiquer que le port d’une genouillère est conseillé. En effet, cette dernière permet d’éviter les mouvements de trop grande amplitude du genou. Ceci afin de soulager voire d’éviter un syndrome rotulien.

Cependant la genouillère ne doit pas être portée en permanence et surtout pas la nuit.

Syndrome rotulien : quel est le rôle de l’ostéopathe ?

syndrome-rotulien-osteopathe-paris-ile-de-france

Le syndrome rotulien peut être efficacement traité par l’ostéopathie avec ses techniques naturelles.

En effet, c’est à partir d’une anamnèse et d’un examen des articulations du patient que notre ostéopathe à Paris et île de France va intervenir. Cette intervention va corriger les dysfonctionnements de l’articulation du genou.

Ainsi, il va s’attacher à stopper le mécanisme des lésions et rétablir le bon fonctionnement de l’articulation.

Par ailleurs, le syndrome rotulien demande parfois l’intervention conjointe et complémentaire de l’ostéopathe et du kinésithérapeute.

Dans ce dernier cas de figure, notre SOS ostéopathe en urgence pourra intervenir en premier pour travailler sur le bassin, la colonne vertébrale, les pieds, les chevilles, les genoux les hanches ou encore le diaphragme, etc.

Son but est de rétablir un meilleur équilibre dans la posture afin que le poids du corps se répartisse de façon symétrique le long de la colonne vertébrale et dans les deux membres inférieurs.

Comme dans toute consultation ostéopathique, votre ostéopathe s’attachera à l’ensemble des éléments articulaires, posturaux, fasciaux ou viscéraux qui peuvent impacter la mécanique de la patella.

Une fois la posture rééquilibrée, il va travailler au niveau des différentes chaînes musculo-aponévrotiques du corps.

Par ailleurs, les compétences d’expert en gestes et postures  de notre ostéopathe à domicile et cabinet permettront d’optimiser la reprise de toutes activités sportives ou gestes du quotidien, afin de pérenniser le traitement et d’éviter les récidives.

C’est à ce moment que le kinésithérapeute pourra entreprendre la rééducation du patient.

De plus, couplée à une alimentation adéquate, l’ostéopathie viscérale va jouer son rôle thérapeutique. En effet, certains nutriments sont nécessaires à la bonne cicatrisation des tendons lésés.

En outre, il faut éviter une alimentation trop acide (moins de viandes rouges charcuterie, produits laitiers, café, alcools …) et prendre soin de s’hydrater abondamment.

Contactez nos SOS ostéopathes à Paris et île de France !

OAP-OSTEOPATHE

Si vous souffrez de syndrome rotulien, l’ostéopathie apporte des solutions naturelles et efficaces à ce type d’affection gênante et douloureuse. Ne laissez pas la douleur s’installer, ce qui est vivement déconseillé. Contactez nos SOS ostéopathes à Paris et île de France, disponibles 24h/24 et 7J/7,  qui pourront également intervenir en urgence à votre domicile .

 

Bruxisme, serrage de dents : que peut faire l’ostéopathie ?

bruxisme-et-osteopathie

bruxisme-cest-quoiLe bruxisme appelé également grincement des dents est un trouble diurne et plus fréquemment nocturne. Entre serrements et claquements des dents, il touche environ 8% des adultes et 14% des enfants. Les causes du bruxisme et claquements des dents sont multiples.

Dans certains cas, l’ostéopathie peut intervenir pour traiter et calmer les symptômes liés à ces affections. En effet, il est nécessaire de les traiter pour éviter des complications sur la santé bucco-dentaire voire générale.

Qu’est-ce que le bruxisme ?

bruxisme-quest-ce-que-cest

Le bruxisme se traduit par la contraction musculaire involontaire des mâchoires à l’origine d’un serrement ou d’un frottement des dents.  Ceci en dehors d’une situation comme la déglutition ou la mastication. En effet, le bruxisme est généralement temporaire, mais s’il perdure, il doit être traité afin d’éviter des complications.

Par ailleurs, si le bruxisme a pour fonction, durant l’enfance, de déloger les dents de lait, il doit disparaître à l’âge adulte. Ceci afin d’éviter une dégradation de l’émail des dents ou des blocages de la mâchoire.

De plus, il existe deux formes de bruxisme bien distinctes :

– Le bruxisme centré: il s’agit d’un serrement des dents. La plupart du temps il a lieu en journée, et ce serrement est généralement silencieux.

– Le bruxisme excentré: il s’agit dans ce cas du grincement des dents. Cette forme est plutôt nocturne et audible par un tiers.

En outre, d’autres formes de bruxisme ont pu également être observées :

– Le « balancement »: il s’agit de micro-déplacements qui se font les dents serrées. Le patient joue à « faire bouger ses dents ».

– Le « tapotement » : cela désigne un claquement des dents généralement pendant le sommeil.

Bruxisme, grincement des dents : quelles sont les causes ?

bruxisme-grincements-des-dents-quelles-sont-les-causes

Le stress et l’anxiété sont considérés comme les causes majeures du bruxisme qui se traduiraient par une activité nocturne des muscles masticateurs.

Dans certains cas, il peut s’agir d’un réflexe acquis ou d’un tic nerveux. C’est le cas lorsque serrer les dents permet  à certains de se concentrer.

Le bruxisme peut aussi être secondaire et lié à des problèmes comme des troubles neurologiques. C’est le cas lorsque le bruxisme est lié à l’épilepsie ou à certains troubles  psychiatriques.

Par ailleurs, certains comportements ou habitudes favorisent l’apparition du bruxisme. C’est le cas des consommateurs quotidiens de tabac et d’alcool.

C’est aussi le cas de consommateurs de substances psychostimulantes : caféine (café, soda), et de drogues dures.

Enfin, le bruxisme est fréquemment associé à des troubles du sommeil (insomnie, troubles respiratoires, apnée du sommeil…).

Bruxisme, grincements des dents : quels sont les symptômes ?

bruxisme-quels-sont-les-symptomes

Les symptômes du bruxisme sont liés à l’anatomie de la mâchoire. C’est pourquoi il est d’abord nécessaire d’écrire sommairement cette anatomie.

L’articulation de la mâchoire ou ATM (articulation temporo-mandibulaire) réunit la mandibule ou maxillaire inférieur (os sur lequel reposent les dents du bas) au temporal (os sur lequel repose l’oreille). Il en existe une de chaque côté et le tout est maintenu par un système musculaire, ligamentaire et par des ménisques. Cette articulation est donc directement en lien avec l’ensemble du crâne mais aussi avec les épaules et la colonne vertébrale.

Aussi, quand une personne serre les dents, elle peut ressentir différentes douleurs liées à l’anatomie et la mécanique des mâchoires.

Ces douleurs sont ressenties sur un ou plusieurs symptômes :

Maux de tête (au niveau des tempes, du pourtour des oreilles, du maxillaire inférieur ou des pommettes).

Douleurs et craquements des mâchoires,

Une fatigue musculaire au niveau des joues, ou une sensibilité dentaire (au froid, au chaud, ou à la pression).

-Cervicalgie ou dorsalgie et névralgie cervico-brachiale

-Acouphènes, divers troubles ORL

Quelles sont les complications possibles ?

bruxisme-quelles-sont-les-complications-possibles

S’ils deviennent chroniques et ne sont pas traités, les grincements de dents peuvent avoir plusieurs conséquences.

Ce peut-être une usure prématurée des dents liée à la disparition progressive de l’émail. On note aussi  une plus grande sensibilité des dents au froid et un plus grand risque de fracture des dents.

On peut ajouter que des problèmes d’articulation et une plus grande mobilité des dents va entraîner un déchaussement de ces dernières voire leurs pertes.

Bruxisme, grincements de dents : que peut faire l’ostéopathie ?

bruxisme-grincements-de-dents-que-peut-faire-l-osteopathie

Comme lors de chaque séance, notre ostéopathe à Paris et île de France procédera à un diagnostic en fonction des symptômes du patient. Sur les résultats de ce diagnostic, il orientera éventuellement la personne vers des spécialistes dentaires comme les orthodontistes.

En effet, notre SOS ostéopathe à domicile ou en cabinet  interviendra donc pour les personnes qui relèvent de sa compétence soit seules ou en complément avec d’autres professionnels de santé.

Notre ostéopathe spécialiste des troubles de la mâchoire, comme le bruxisme vérifiera l’ensemble de votre articulation temporo-mandibulaire (ATM).

Tout d’abord, il va lever les tensions au niveau du crâne et de la colonne cervicale. Ensuite, il procédera à un examen minutieux de vos sinus, vos yeux, les os de votre crâne car certaines tensions de ses organes sont liés au bruxisme.

Aussi, les techniques ostéopathiques visent à réduire la douleur localisée dans les mâchoires, à favoriser la circulation sanguine. Dans notre cas précis, elles visent principalement à guérir le bruxisme par l’ostéopathie, en supprimant le stress qui est généralement à l’origine du grincement des dents.

Par exemple, le patient peut espérer un résultat positif que s’il mène en parallèle le traitement ostéopathique du bruxisme et une prise en charge psycho thérapeutique pour traiter son stress. Dans les cas les plus légers, le patient pourra avoir recours à des activités soit sportives et/ou de relaxation méditation comme le yoga.

Pour obtenir un résultat, il faut selon les cas, d’une à plusieurs séances d’ostéopathie. Rappelons que parfois cette thérapeutique n’est pas seule suffisante pour traiter le phénomène. C’est le cas d’une personne affectée de bruxisme lié à un stress qui n’est pas pris en charge et donc, pas traité.

Il pourra être nécessaire d’étaler le traitement sur plusieurs séances afin d’inscrire les résultats dans le temps. Cela peut se faire également en parallèle de travaux dentaires. Mais pour que le traitement soit efficace il est nécessaire que le patient entreprenne en même temps une activité qui lui permette de gérer son stress.

Nos SOS ostéopathes en urgence pour traiter votre bruxisme !

OAP-OSTEOPATHE

Si vous avez un problème de bruxisme ou grincements de dents, n’hésitez pas à contacter nos SOS ostéopathes en urgence. Grâce à des méthodes adaptées, ils peuvent traiter vos symptômes en quelques séances en intervenant seul ou en complément avec d’autres spécialistes.