Douleurs de règles : que peut apporter l’ostéopathie ?

règles-douloureuses-et-ostéopathie

regles-douloureuses-minLes douleurs de règles  sont parmi les troubles gynécologiques les plus fréquents. Douleurs lombaires, jambes lourdes, spasmes, maux de tête… autant de symptômes  qui peuvent être ressentis les jours précédents l’arrivée des règles. Ces douleurs, pourtant fréquentes, sont très souvent banalisées et sont considérées comme « normales ». Mais, dans certains cas, elles sont le signe d’un dysfonctionnement que l’ostéopathe pourra repérer et traiter. Que peut apporter l’ostéopathie face aux douleurs de règles ? Les réponses ici !

Quel est le mécanisme des règles?

règles-mécanisme-cycle-menstruel

Chaque mois, le corps  renouvelle la paroi utérine. Ce renouvellement est nécessaire chez toutes les femmes en âge d’avoir des enfants. L’ovule doit s’accrocher à une paroi saine pour se développer dans de bonnes conditions. On parle alors de nidation. En revanche, lorsque l’environnement utérin n’est pas adéquat, l’ovule est rejeté.

Quand l’ovule n’est pas fécondé, les ovaires arrêtent tout à coup de sécréter des œstrogènes et de la progestérone. C’est ce qui provoque des contractions qui vont procéder au rejet du sang. Cela s’explique par une grande sécrétion de prostaglandines qui va déclencher des contractions de l’utérus. Nettement inférieures à l’accouchement, ces petites contractions vont permettre l’évacuation. C’est ce que l’on appelle les règles.

Douleurs de règles : qu’est-ce-que c’est ?

règles-douloureuses-quest-ce-que-cest

Les règles douloureuses, appelées aussi dysménorrhées dans le jargon médical, désignent les douleurs au bas de l’abdomen qui précèdent ou accompagnent les règles.  C’est ce qu’on appelle le syndrome prémenstruel (SPM). Généralement, ces douleurs durent de 2 à 3 jours.

Elles sont dites primaires quand elles surviennent peu de temps avant l’apparition des premières règles. C’est ce qu’on observe dès la puberté ou dans les premières années des menstrues.

Et secondaires, quand, elles apparaissent ou s’aggravent après plusieurs années sans douleurs ou à la suite d’une pathologie gynécologique.

La prévalence de la dysménorrhée chez les femmes de 15 à 50 ans pourrait être de l’ordre de 50%, soit environ 7 millions de femmes en France.

Seulement, 10% environ d’entre elles ont des douleurs de règles au point de suspendre leurs activités habituelles comme un absentéisme professionnel ou scolaire.

Il est rappelé qu’on ne doit pas banaliser le fait que les règles soient douloureuses.

Douleurs de règles : quelles sont les causes ?

règles-douloureuses-causes

Les douleurs menstruelles sont souvent liées à des dysfonctionnements des organes du petit bassin (troubles de la mobilité, congestion). Ces règles douloureuses peuvent parfois être les symptômes de pathologies organiques comme un kyste ovarien, une endométriose, un fibrome, etc…

Cependant, d’autres facteurs peuvent augmenter les douleurs :

-un utérus rétroversé : l’utérus est basculé vers l’arrière plutôt que vers le devant ;

-un manque d’exercice physique ;

le tabac, l’alcool ;

-le surpoids ;

-Un état d’anxiété ou de stress

Aussi, des règles douloureuses chroniques nécessitent la consultation d’un médecin qui établira un diagnostic des causes en question.

Douleurs de règles : quels sont les symptômes ?

règles-douloureuses-symptômes

Ces douleurs, comparables à des crampes, se font généralement ressentir juste avant les règles, pendant un ou deux jours. Elles peuvent être localisées au niveau du bassin, du dos, des cuisses ou du ventre. Les douleurs commencent habituellement juste en dessous du nombril et se propagent vers les cuisses, puis dans le sens opposé. L’intensité est variable  d’une femme à l’autre. Si les douleurs sont trop intenses, elles peuvent amener des vomissements.

Par ailleurs, on constate d’autres symptômes comme les ballonnements, la constipation et les vertiges.

Douleurs de règles : que peut apporter l’ostéopathie?

règles-douloureuses-que-peut-apporter-l-osteopathie

Si l’on exclut le contexte pathologique, l’ostéopathie va pouvoir agir sur ces règles douloureuses. Si on veut éviter d’avoir recours aux médicaments dont on connaît les effets secondaires, l’ostéopathie est une bonne option de traitement efficace.

Tout d’abord, notre ostéopathe à domicile  à Paris va établir un diagnostic pour bien comprendre l’origine des douleurs.

Ainsi, il va s’intéresser  non seulement au système gynécologique, mais aussi au système digestif, neurologique, mécanique : (bassin, lombaires).

En quelques consultations (entre 2 à 5 suivant les cas), notre SOS ostéopathe à Paris va pouvoir vous soulager. Généralement, un travail approfondi est nécessaire pour « reprogrammer » toute votre sphère gynécologique.

Il va travailler sur l’ensemble des sphères qui sont en lien avec les origines des règles douloureuses. Il va procéder à :

Un travail sur la sphère gynécologique

règles-douloureuses-sphère-gynecologique-min

Dans un premier temps, il est important qu’il vérifie la position de l’utérus et s’il n’est pas rétroversé. L’ostéopathe n’a recours qu’à des techniques externes. Dans ce cas, il faut consulter un gynécologue. En effet, l’action seule de l’ostéopathe ne peut suffire à traiter les douleurs.

En dehors de ce cas, le praticien va s’attacher à vérifier l’ensemble des structures ligamentaires et faciales  en contact avec l’utérus.

Un travail sur les structures osseuses

règles-douloureuses-ostéopathie-structurelle-min (1)

En effet, elles comprennent le système uro-génital. Il est important que leur mobilité soit correcte afin qu’aucune pression ne soit exercée sur les organes. Car, une perte de mobilité ne peut qu’entraîner des raideurs. Ces dernières engendrent alors des perturbations du système vasculaire et nerveux. Au final, l’impact du travail de la structure est dû à  l’action mécanique et vasculaire.

Un travail sur la sphère viscérale

règles-douloureuses-ostéopathie-viscérale

En effet, les techniques viscérales sont essentielles puisqu’elles vont permettre d’augmenter la vascularisation générale (artérielle, veineuse et lymphatique). Car, il est important de lever toutes les tensions qui augmentent la pression intra-abdominale. Par exemple, un côlon congestionné à cause d’une constipation peut potentiellement aggraver la douleur des règles.

En effet, les organes abdominaux sont situés dans un espace clos dont les extrémités sont mobiles. Il s’agit du diaphragme et du périnée. Ces deux structures jouent un rôle prépondérant dans l’équilibre des pressions intra-abdominales. Ces dernières doivent être libres pour amortir les contraintes.

Un travail sur la sphère crânienne

règles-douloureuses-ostéopathie-crânienne

Le travail crânien est primordial, car il a des répercussions multiples. Il permet un rééquilibrage hormonal, un impact sur la contraction utérine, sur le stress et sur les tensions vertébrales par l’intermédiaire du mécanisme cranio-sacré.

Par conséquent, le travail effectué sur ces divers organes va avoir un réel impact sur les règles  douloureuses. Son efficacité n’est plus à démontrer. Pourquoi continuer à souffrir  quand on peut disposer d’une technique naturelle comme l’ostéopathie?

 

SOS ostéopathes à Paris  à votre service pour soulager vos douleurs de règles !

urgence osteopathe

Si vous souffrez de règles douloureuses, n’hésitez pas à contacter nos SOS ostéopathes à Paris . L’ostéopathie peut vous aider, grâce à ses techniques naturelles. Ce n’est pas une fatalité d’avoir des règles douloureuses. Il ne faut pas banaliser les douleurs et symptômes, surtout si elles persistent.  Réservez dès maintenant votre consultation en trois clics via notre plateforme innovante !

 

Syndrome rotulien : comment l’ostéopathie le traite ?

syndrome-rotulien

syndrome-rotulien-douleurs-au-genouVous avez une gêne régulière ou passagère mais répétitive au genou? Et vous avez des difficultés à monter les escaliers ? Vous ressentez une douleur quand votre genou est trop sollicité. Il se peut bien que ce soit un syndrome rotulien. En effet, cette articulation est fortement sollicitée et est donc sujette à des douleurs à partir d’un certain seuil.

Le syndrome rotulien est bien connu des sportifs et les personnes qui effectuent une activité professionnelle contraignante accroupie ou à genou.

Mais, aussi pour tout un chacun, il fait l’objet de nombreuses consultations. Décryptage d’un syndrome méconnu et pourtant très répandu.

Rappel anatomique du genou

genou-anatomie

Pour mieux comprendre le syndrome rotulien, faisons un bref rappel anatomique du genou.

Le genou est une articulation complexe du membre inférieur supportant le poids du corps. L’articulation fémoro-patellaire est l’articulation entre l’extrémité inférieure du fémur et la face postérieure de la rotule (ou patella). C’est cette articulation qui est touchée par le syndrome rotulien.

Par ailleurs, il faut noter que la rotule est le plus gros os sésamoïde du corps et se retrouve donc au milieu d’un système musculaire antagoniste. D’une part, avec le muscle quadriceps en avant et d’autre part, le muscle ischio-jambier en arrière du fémur. Les ailerons rotuliens sortent des faces externes de la rotule pour stabiliser celle-ci pendant les mouvements du genou.

 

Syndrome rotulien : d’où ça vient?

syndrome-rotumien-doù-ça-vient

Le syndrome rotulien affecte le genou, plus précisément l’articulation située entre la rotule et le fémur. Lors de la flexion du genou, la rotule glisse dans un canal compris entre les deux condyles fémoraux qui s’adapte à la forme de la rotule. Ceci afin d’effectuer des mouvements fluides et indolores avec le minimum de frottements.

Quand l’équilibre du système musculaire extenseur (quadriceps) et fléchisseur (ischio-jambier) est rompu, cela peut entraîner une inflammation et des douleurs. En effet, la rotule se retrouve plaquée contre la trochlée entre les deux systèmes et augmente la pression sur le cartilage rotulien.

Cette affection est parfois dénommée : syndrome fémoro-patellaire ou fémoro-rotulien.

Parmi les causes qui provoquent un syndrome rotulien, on peut citer notamment ceux qui pratiquent un sport de manière intensive. Par ailleurs, certains sports sollicitent plus que d’autres le genou. On peut citer le ski, le foot, le golf, le vélo et la grande randonnée notamment en montagne.

De plus, une position assise prolongée appelée parfois le « signe du cinéma » ou « du canapé » peut provoquer un syndrome rotulien quand vous vous redressez.

De même, la position accroupie, ou en « W », peut avoir le même effet.

Ainsi, ces différentes postures sont à l’origine d’un dysfonctionnement articulaire ou d’un déséquilibre musculaire. En effet, ces postures à pression sont à l’origine du syndrome rotulien.

Syndrome rotulien : quels sont les symptômes ?

syndrome-rotulien-symptomes

Les symptômes du syndrome rotulien sont les suivants.

Les douleurs se manifestent au repos ou à l’effort selon les cas et la sévérité de la lésion.

La douleur du syndrome rotulien peut être plus ou moins intense. Au début, quand le syndrome rotulien survient, la douleur peut être virulente et ne pas s’atténuer au cours de la journée.

Autres symptômes : ce sont des craquements fréquents du genou.

On a alors la nette impression que la rotule se déplace, voire sort de son emplacement avant de se remboîter. Dans ce cas, on a une sensation de douleur et/ou de crampes.

 

Syndrome rotulien : comment l’éviter?  

syndrome-rotulien-comment-léviter

Pour prévenir l’apparition du syndrome rotulien, il est recommandé d’éviter les mouvements intenses de flexion du genou comme :

La position assise jambes pliées de longue durée  (voiture, cinéma, bureau, école…) ;

L’accroupissement ou la position à genoux (bricolage, jardinage…) ;

Le port de charges lourdes;
-La montée et surtout la descente des escaliers ;

Les activités sportives nécessitant de nombreuses flexions du genou ou se déroulant sur un sol dur peuvent aussi être responsables du syndrome rotulien.

-La marche avec dénivelés ;
-La course à pied sur terrain dur ;

-Le basket / hand / volley ;
-L’aviron ;

-Le vélo ;
-La brasse ;
Enfin, il faut indiquer que le port d’une genouillère est conseillé. En effet, cette dernière permet d’éviter les mouvements de trop grande amplitude du genou. Ceci afin de soulager voire d’éviter un syndrome rotulien.

Cependant la genouillère ne doit pas être portée en permanence et surtout pas la nuit.

Syndrome rotulien : quel est le rôle de l’ostéopathe ?

syndrome-rotulien-osteopathe-paris-ile-de-france

Le syndrome rotulien peut être efficacement traité par l’ostéopathie avec ses techniques naturelles.

En effet, c’est à partir d’une anamnèse et d’un examen des articulations du patient que notre ostéopathe à Paris et île de France va intervenir. Cette intervention va corriger les dysfonctionnements de l’articulation du genou.

Ainsi, il va s’attacher à stopper le mécanisme des lésions et rétablir le bon fonctionnement de l’articulation.

Par ailleurs, le syndrome rotulien demande parfois l’intervention conjointe et complémentaire de l’ostéopathe et du kinésithérapeute.

Dans ce dernier cas de figure, notre SOS ostéopathe en urgence pourra intervenir en premier pour travailler sur le bassin, la colonne vertébrale, les pieds, les chevilles, les genoux les hanches ou encore le diaphragme, etc.

Son but est de rétablir un meilleur équilibre dans la posture afin que le poids du corps se répartisse de façon symétrique le long de la colonne vertébrale et dans les deux membres inférieurs.

Comme dans toute consultation ostéopathique, votre ostéopathe s’attachera à l’ensemble des éléments articulaires, posturaux, fasciaux ou viscéraux qui peuvent impacter la mécanique de la patella.

Une fois la posture rééquilibrée, il va travailler au niveau des différentes chaînes musculo-aponévrotiques du corps.

Par ailleurs, les compétences d’expert en gestes et postures  de notre ostéopathe à domicile et cabinet permettront d’optimiser la reprise de toutes activités sportives ou gestes du quotidien, afin de pérenniser le traitement et d’éviter les récidives.

C’est à ce moment que le kinésithérapeute pourra entreprendre la rééducation du patient.

De plus, couplée à une alimentation adéquate, l’ostéopathie viscérale va jouer son rôle thérapeutique. En effet, certains nutriments sont nécessaires à la bonne cicatrisation des tendons lésés.

En outre, il faut éviter une alimentation trop acide (moins de viandes rouges charcuterie, produits laitiers, café, alcools …) et prendre soin de s’hydrater abondamment.

Contactez nos SOS ostéopathes à Paris et île de France !

OAP-OSTEOPATHE

Si vous souffrez de syndrome rotulien, l’ostéopathie apporte des solutions naturelles et efficaces à ce type d’affection gênante et douloureuse. Ne laissez pas la douleur s’installer, ce qui est vivement déconseillé. Contactez nos SOS ostéopathes à Paris et île de France, disponibles 24h/24 et 7J/7,  qui pourront également intervenir en urgence à votre domicile .

 

Névralgie d’Arnold : comment la soulager par l’ostéopathie?

névralgie-d-arnold-et-ostéopathie

La névralgie d’Arnold, également appelée arnoldalgie, ou névralgie du grand occipital, est une douleur nerveuse qui affecte le cou et la tête. Elle est caractérisée par une vive douleur cervicale dans la région nerveuse du grand occipital, plus communément dénommée nerf d’Arnold. Cette affection peu connue demande une véritable prise en charge efficace. Elle peut apparaître à la suite d’un traumatisme, ou spontanément. L’ostéopathie est une thérapeutique naturelle qui peut soulager véritablement les douleurs consécutives à la névralgie d’Arnold.  À quoi est-elle due ? Comment est-elle prise en charge  par l’ostéopathie? Tour d’horizon sur la névralgie d’Arnold !

Névralgie d’Arnold : qu’est-ce-que c’est ?

névralgie-d'-arnold-quest-ce-que-cest

Pour comprendre ce qu’est la névralgie d’Arnold, faisons un petit rappel anatomique.

Le nerf d’Arnold, aussi appelé nerf grand occipital se situe au niveau de la deuxième vertèbre du cou. Ce nerf assure à la fois une fonction motrice et une fonction sensitive. C’est donc en partie grâce à lui que nous pouvons bouger le cou et la tête.

Parallèlement, le nerf grand occipital est également responsable des différentes sensations ressenties au niveau du cuir chevelu.

Lorsqu’il est irrité, comprimé, inflammé à son origine ou sur son trajet, la névralgie d’Arnold s’installe.

Ainsi, la névralgie d’Arnold, se manifeste généralement par l’apparition de douleurs spontanées et intenses considérées parfois à des sortes de décharges électriques. La zone douloureuse s’étend surtout de la nuque jusqu’à la zone occipitale et jusqu’au sommet du crâne. Elle peut aussi s’étendre jusqu’à l’oreille, au sourcil, voire derrière l’œil. On associe souvent cette affection à des maux de têtes ou à une hypersensibilité du cuir chevelu.

La douleur est soit unilatérale ou bilatérale.

Par ailleurs, on classe la névralgie d’Arnold  dans la famille des céphalées cervico-géniques.

Névralgie d’Arnold : quelles sont les causes ?

névralgie-d-arnold-quelles-sont-les-causes

La névralgie d’Arnold, comme toutes les névralgies,  peut survenir de manière spontanée ou provoquée. On a fait le constat que cette douleur peut surgir suite à un  traumatisme cervical, comme le coup du lapin. Dans d’autres cas, cette névralgie d’Arnold est due à un mouvement brusque de tête mal coordonné.

Parmi les causes locales de cette pathologie citons le blocage d’une vertèbre cervicale, des lésions à la base du crâne, un rhumatisme ou une maladie de la moëlle épinière (rarement) connue sous le nom de Syringomyélie.

S’il est souvent difficile de définir avec certitude son origine, plusieurs causes peuvent néanmoins concourir à la survenue de la névralgie d’Arnold. On cite, un:

-blocage des vertèbres cervicales Atlas (C-1) et/ou Axis (C-2),

-processus inflammatoire situé à la base de la nuque,

-nerf ou un ganglion rachidien irrité,

-bruxisme,

-des rhumatismes,

-une arthrose localisée au niveau des racines du nerf grand occipital,

-des traumatismes répétés subis au niveau de la région cervicale.

-une contracture musculaire qui provoque une irritation du nerf d’Arnold,

-une tumeur vertébrale,

-une anomalie congénitale de la charnière crânio-vertébrale,

Névralgie d’Arnold : pourquoi est-elle si difficile à diagnostiquer ?

nevralgie-d-arnold-pourquoi-est-elle-difficile-a-diagnostiquer

Le diagnostic de la névralgie d’Arnold est souvent difficile à poser car les symptômes présentés sont souvent non spécifiques à cette maladie. En effet, de nombreuses autres pathologies présentent les mêmes symptômes.

Avant son  intervention, l’ostéopathe devra s’assurer que le patient ne relève pas de la médecine allopathique (pathologies diverses, éventuelles tumeurs…).

Dans ce cas, le patient ne relève pas de sa compétence.

Souvent, pour traiter les douleurs dues à la névralgie d’Arnold, les médecins prescrivent des infiltrations de corticoïdes. A la longue, outre les effets secondaires, les corticoïdes sont de moins en moins efficaces.

Aussi, l’ostéopathie offre une bonne alternative.

Névralgie d’Arnold : comment la soulager par l’ostéopathie ?

la-névralgie-d-arnold-comment-la-soulager-par-losteopathie

En cas de névralgie d’Arnold, l’ostéopathie peut aider à soulager les douleurs.

Tout d’abord, l’ostéopathe  va établir un diagnostic pour s’assurer que le patient relève bien de sa compétence. S’il n’y a pas de contre-indication à l’ostéopathie, notre ostéopathe à Paris et île de France va travailler à soulager la douleur en réajustant la zone cervicale supérieure, d’où émerge le nerf.

Par ailleurs, notre SOS ostéopathe à domicile et cabinet va se concentrer sur la région où se trouve le nerf d’Arnold ainsi que sur le reste du rachis pour soulager la douleur par des manipulations douces. Il va poursuivre en déterminant les points de tension qui compriment le nerf en question.

Ainsi, le praticien intervient sur cette zone pour redonner de la mobilité à la nuque et au cou. Il va s’attacher à vérifier la bonne position de chacun des muscles présents sur le trajet du nerf en question afin de soulager les tensions éventuellement provoquées.

En outre, la névralgie d’Arnold peut être due à différents problèmes mécaniques, conséquence de mouvements répétés ou de troubles posturaux.

En effet, la compression du nerf est souvent d’origine musculaire. C’est pourquoi notre ostéopathe va traiter, par des manipulations douces, ces causes à l’origine de la névralgie, via l’ostéopathie crânienne.

L’ostéopathie crânienne est une technique naturelle qui a fait ses preuves auprès des personnes atteintes de la névralgie d’Arnold et souffrant de maux de tête à long terme.  Le thérapeute  manipule la tête et applique un massage qui atténue la pression et le stress.

En règle générale, et sauf cas très particulier, il faut environ deux à trois séances ostéopathiques pour soulager les douleurs dues à la névralgie d’Arnold. Il est conseillé d’effectuer une dernière séance après la disparition des symptômes pour s’assurer du bon état de fonctionnement physiologique de la tête et du cou.

Nos ostéopathes en urgence à Paris & île de France à votre service !

urgence osteopathe

Si vous souffrez de névralgie d’Arnold et que vous souhaitez être pris en charge efficacement dans les meilleurs délais, contactez nos ostéopathes en urgence à Paris et île de France ! Ils  vous aideront à soulager les crises pour retrouver un rythme de vie normal. En effet, lorsque le diagnostic est bien posé, l’ostéopathie est une bonne alternative de médecine naturelle pour soulager les douleurs de la névralgie d’Arnold.

Crise de tétanie : comment l’ostéopathie peut vous aider à la traiter ?

crise-de-tetanie-et-osteopathie-min

La crise de tétanie  est une sorte de crise de nerfs qui affecte notamment les jeunes femmes et les adolescentes. La spasmophilie est une forme légère de la tétanie. Et comme c’est la forme la plus fréquente, et que les symptômes sont souvent les mêmes, on a tendance à les associer.  Palpitations, tremblements, hyperventilation, autant de maux qui perturbent la vie quotidienne  de la personne qui en souffre. L’ostéopathie, comme solution naturelle est conseillée seule, ou en complément dans certains cas pour prévenir les crises de tétanie ou les soulager. Quelles sont les causes de la crise de tétanie ? Comment l’ostéopathie peut aider ? Décryptage !

Crise de tétanie : qu’est-ce-que c’est ?

crise-de-tetanie-qest-ce-que-cest

La crise de tétanie, se caractérise par la survenue de spasmes et des contractions musculaires. Cette situation, provoque un malaise très angoissant pour la personne qui en est victime. La crise de tétanie correspond à une hyperexcitabilité neuromusculaire qui se manifeste par de nombreux symptômes.

Lorsqu’on respire trop vite, on hyperventile. L’entrée et la sortie d’air est en excès par rapport aux besoins cellulaires. L’apport en oxygène est trop important, le PH du sang devient alcalin. Ainsi, cette hyperventilation provoque des palpitations, vertiges, troubles visuels, anxiété, maux de ventre, crampes, et la tétanie.

Même si elle est très gênante, voire invalidante, la crise de tétanie n’est pas une affection grave.

 

Crise de tétanie : quelles sont les causes?

crise-de-tetanie-quelles-sont-les-causes

Le manque de calcium et de magnésium ont longtemps été tenus pour responsables de crises de tétanie.  Mais aujourd’hui, ces hypothèses sont remises en cause. On attribue aujourd’hui la tétanie à un trouble du métabolisme, du calcium et d’une mauvaise circulation de l’information entre le neurone et le muscle.

On assiste aux phénomènes suivants :

L’angoisse provoque une hyperventilation, et cette dernière engendre des troubles d’échange entre le calcium et le magnésium, qui peut amener une crise de tétanie.

Les personnes atteintes sont fragilisées par des situations de stress. Leurs malaises sont souvent spectaculaires et difficiles à maîtriser, il faut faire en sorte que la personne ne se blesse pas elle-même par exemple en tombant lourdement sur le sol.

Des conditions météorologiques exceptionnelles, des conflits dans le domaine professionnel peuvent également être à l’origine d’une crise pour des personnes souffrant de tétanie.

Crise de tétanie : quels sont les symptômes?

crise-de-tétanie-symptômes

Une crise de tétanie peut s’exprimer de manière très différente d’une personne à l’autre.

Les symptômes les plus fréquents sont une soudaine angoisse, accompagnée d’une grande fatigue et de troubles du système nerveux autonome. Ces derniers peuvent notamment se manifester par des palpitations cardiaques, des vertiges, des migraines, des douleurs thoraciques, des crampes d’estomac, des spasmes de l’utérus ou encore une respiration plus rapide.

De nombreux autres symptômes peuvent s’ajouter à ce tableau classique comme des troubles de l’humeur ou des douleurs articulaires.

Brutalement lors d’une contrariété ou d’une fatigue, d’une discussion, apparaît la crise qui se traduit par des :

– fourmillements des extrémités

– crampes musculaires

– crises de larmes

– une anxiété avec malaise et hyperpnée (respiration rapide).

Dans les cas les plus sévères, plusieurs crises peuvent avoir lieu par jour. Ce qui finit par affecter notablement le moral des personnes et parfois, causer une dépression voire une tentative de suicide.

De même, la tétanie peut affecter le fonctionnement somatique et notamment provoquer des troubles du système digestif.

Crise de tétanie : comment l’ostéopathie peut vous aider à la traiter?

crise-de-tétanie-comment-losteopathie-peut-vous-aider-a-la-traiter

La crise de tétanie peut-être efficacement prise en charge par l’ostéopathie. Cette dernière, grâce à des techniques douces sur l’ensemble de l’organisme permet de réduire la tension due au stress et à retrouver une respiration normale.

Tout d’abord, notre ostéopathe à Paris et île de France établira au préalable un diagnostic précis afin de déterminer les causes et les symptômes et comment les libérer.

Ainsi, son travail va consister à réguler de façon naturelle le système neurovégétatif (SNV) du patient. En effet, dans la plupart des cas, c’est ce système qui est, à l’origine des symptômes liés au stress, à l’origine de la tétanie.

De plus, et par ailleurs, notre ostéopathe en urgence va utiliser d’autres techniques :

La technique de l’ostéopathie crânienne

crise-de-tétanie-ostéopathie-crânienne

Il va traiter le système neuro-végétatif (SNV) et plus particulièrement les fonctions parasympathiques qui coordonnent l’état de calme et d’apaisement. Puis, il va détendre les membranes de tension réciproque, par des techniques douces et en manipulant les os du crâne entre eux. Ensuite, il va effectuer des manipulations entre la base du crâne et les cervicales pour relâcher la dure-mère. Tout ce travail crânien va conduire à abaisser l’état d’anxiété du patient.

La technique de l’ostéopathie viscérale 

crise-de-tétanie-ostéopathie-viscérale-min

Il s’agira ici d’agir directement sur les conséquences directes de la crise de tétanie provoquant des maux et troubles digestifs.

La technique de l’ostéopathie structurelle

crise-de-tétanie-ostéopathie-structurelle

Le thérapeute traitera les tensions et douleurs musculaires ainsi que les possibles blocages articulaires.

Enfin, notre ostéopathe dispo va ré-harmoniser la structure et la mobilité du bassin. Ceci permettra d’influencer positivement sur la mécanique du périnée.

Dès la première consultation vous noterez une amélioration de votre bien-être.

Il faut rappeler que les techniques appliquées par notre ostéo à domicile et cabinet sont individualisées et adaptées au profil de chaque patient. Pour ceux qui souffrent de crise de tétanie, l’ostéopathie est un bon choix de traitement naturel. Ce dernier demande en général plusieurs séances pour obtenir une bonne efficacité et éloigner les crises de tétanie de son quotidien.

Nos ostéopathes en urgence à Paris & île de France à votre service !

urgence osteopathe

Si vous souffrez de crise de tétanie, nos ostéopathes en urgence à Paris et île de France  vous aideront à prévenir les crises ou à les soulager pour retrouver un rythme de vie serein. L’ostéopathie est une bonne alternative de médecine naturelle seule, ou en complément d’un traitement allopathique.

Hernie discale : comment la traiter par l’ostéopathie ?

hernie-discale-et-osteopathie

hernie-discale-osteoaparis

Une hernie discale est une affection assez fréquente. Elle apparaît quand un disque intervertébral se fragilise pour sortir de sa position normale. Cette pathologie des disques intervertébraux se caractérise le plus souvent par une lombalgie ou une sciatique.  La hernie discale  est en général particulièrement douloureuse pour la personne atteinte. Pour  la traiter et pour éviter des complications à venir, l’ostéopathie associée à d’autres spécialités de la médecine est d’un apport efficace. Focus sur la hernie discale et sa prise en charge !

Hernie discale : qu’est-ce-que-c ‘est ?

hernie-discale-quest-ce-que-cest

Pour comprendre le mécanisme de la hernie discale, faisons un bref rappel d’anatomie. La colonne vertébrale ou rachis comprend un empilement de 24 vertèbres séparées les unes des autres par un disque intervertébral.

Ces disques sont constitués d’une structure fibreuse dans laquelle est contenu un noyau gélatineux.  Ces derniers assurent un rôle d’amortisseurs des chocs subis par la colonne vertébrale et facilitent sa mobilité.

Une hernie discale lombaire se forme lorsque l’un de ses disques se rompt et laisse une partie de son noyau sortir de son emplacement naturel. On parle alors de saillie. Une fois qu’a lieu ce dysfonctionnement, le noyau discal peut sortir de son disque. Ainsi, il génère des douleurs  intenses.

De manière générale, les hernies discales se produisent au niveau des vertèbres lombaires, c’est-à-dire dans le bas du dos. Mais elles peuvent aussi se manifester  à n’importe quel endroit de la colonne vertébrale. Les nerfs rachidiens qui l’entourent peuvent aussi être touchés.  De cette manière, se créent une sciatique, une cruralgie ou une névralgie cervico-brachiale.

La hernie discale survient généralement entre 30 et 55 ans et touche davantage les hommes que les femmes.

Parmi les métiers à risque, on trouve tout d’abord les métiers de conducteurs d’engins de chantier où la position assise peut affaiblir le disque intervertébral. Ensuite les métiers où le port de charges lourdes est quotidien : les manutentionnaires ou les déménageurs sont particulièrement concernés.

Comment savoir si c’est une hernie discale ?

hernie-discale-symptomes

La douleur dorsale est le principal symptôme de la hernie discale. Celle-ci se manifeste principalement au niveau de l’emplacement de la saillie.  De plus, elle peut se diffuser lorsque la hernie discale exerce une pression sur un nerf.

Si la hernie discale est située au niveau du cou, elle engendre une raideur.  Dans ce cas, la douleur peut être ressentie jusque dans les épaules et les bras. Généralement, ces symptômes sont accompagnés de fourmillements ou d’engourdissements du bras.

De son côté, la hernie discale dans le bas du dos provoque des lombalgies. Elles  sont associées à une douleur au niveau du nerf sciatique et atteignent  la cuisse et jusqu’au niveau des orteils. Il arrive néanmoins qu’une hernie soit asymptomatique.

Par ailleurs,  une incapacité chronique à tenir en position debout ou à monter des marches sont des symptômes qui doivent vous alerter. N’hésitez pas à consulter.

Hernie discale : quelles sont les causes ?

hernie-discale-causes

La hernie discale a des causes multiples.

L’âge, dans un premier temps, est un facteur déterminant de cette affection. En effet, les disques intervertébraux subissent une usure naturelle et perdent inévitablement de leur élasticité et de leur épaisseur au fil du temps.

Cependant,  certains efforts professionnels ou sportifs répétés peuvent également les fragiliser.  C’est le cas lorsqu’on porte des charges lourdes au quotidien,  qu’on utilise des outils contraignants au travail.

De même, une activité sportive micro-traumatisante ou intense ainsi que le fait de rester assis trop longtemps peuvent provoquer une hernie discale.  En effet, ces facteurs sont sources de tensions et de compensation excessive au niveau du disque. En conséquence, cela conduit parfois  à sa fissuration et à l’apparition de douleurs.

De plus, en cas de surpoids ou de grossesse, la déficience de la sangle musculaire lombo-abdominale peut provoquer une hernie discale. Il en est de même d’un choc au dos lors d’un accident de voiture.

En outre, le stress et la sédentarité sont aussi des facteurs de risque.

Enfin, des prédispositions génétiques sont souvent à l’origine des cas précoces, dès l’âge de 20 ans.

 Hernie discale : comment est-elle traitée par l’ostéopathie ?

hernie-discale-comment-la-traiter-par-losteopathie

Attention, suivant la gravité de la hernie discale, seule une opération chirurgicale peut traiter cette affection.

Pour les autres cas,  il est indiqué de recourir  à l’ostéopathie en complément de la prise en charge des autres spécialistes médicaux.

Dans beaucoup de cas, le traitement de la hernie discale relève  du concours du médecin généraliste, du rhumatologue, du kinésithérapeute et de l’ostéopathe.  Il est à noter que  suivant le diagnostic, l’ostéopathie ne sera pas adaptée à tous les patients.

Lorsque l’ostéopathie est requise et/ou souhaitée, notre SOS ostéopathe à Paris cherchera à localiser l’origine de la douleur. Il permettra ainsi d’équilibrer les tensions qui s’exercent sur la colonne, afin de diminuer la douleur des  mouvements.

Bien entendu, la prise en charge est individualisée à chaque patient en fonction de son état discal. Le but est d’assurer une bonne mobilité globale et un relâchement des tensions, localement et à distance. La pratique du praticien est faire de manipulations douces et non douloureuses.

De cette manière, notre ostéo en urgence  va procéder à un traitement local de la hernie discale en faisant en sorte de lever la compression  qui s’exerce au niveau du nerf. Pour cela, il va  soulager l’appui vertébral. Cette approche se pratique en position allongée sur le côté  opposé au côté de la hernie. Ainsi, avec une hernie postéro-latérale droite, le patient sera placé sur son côté gauche.

De plus, notre ostéopathe à Paris et île de France va travailler l’ensemble des articulations inter-vertébrales proches dans la mesure où celles-ci sont en perte de mobilité.

Lever la compression de la hernie discale sur un nerf va conduire à une diminution des douleurs chez le patient.

Enfin, en fonction de l’origine de l’affection, l’ostéopathe interviendra « à distance ». A savoir ses manipulations s’effectueront sur une autre partie du corps à distance de la zone  touchée. Des techniques notamment faciales peuvent être utilisées.

Suite à cette prise en charge ostéopathique, le patient verra généralement et fortement diminuer les douleurs dues à son hernie discale.

Hernie discale : comment diminuer les risques ?

hernie-discale-comment-leviter-alimentation-et-sport

En guise de prévention, on peut réduire considérablement les risques de souffrir d’une hernie discale. Ainsi, il est recommandé d’adopter un mode de vie sain avec une alimentation équilibrée et une pratique sportive régulière adaptée à sa constitution.

Il faut également veiller en permanence à conserver une bonne attitude posturale, notamment au bureau ou en soulevant des objets.

La-bonne-posture-pour-soulever-une-charge

Pour certains, il est recommandé de porter un corset ou une ceinture lombaire notamment lorsque l’on fait beaucoup de manutention.

hernie-discale-ceinture-lombaire

Nos SOS ostéopathes à domicile ou en cabinet à votre service !

urgence osteopathe

Si vous souffrez d’une hernie discale, n’attendez plus, faites appel à nos SOS ostéopathes en urgence à Paris et île de France spécialisés dans le traitement de cette pathologie ! La consultation peut se faire à domicile ou en cabinet. Avec des méthodes naturelles, nos professionnels soulageront efficacement votre douleur. Réservez  votre  consultation sur notre plateforme innovante  en un clic !